L’intérieur des agences intérimaires

Dans le cadre des réflexions menées par l’action des travailleurs sans emploi et des jeunes CSC, les regards se tournent régulièrement vers les agences intérimaires. Devenues des intermédiaires presque incontournables pour parvenir à mettre un pied dans une entreprise, les agences intérimaires répondent aux besoins de leur « client » (l’employeur) et affirment sans complexe n’avoir aucun lien avec le service public.

Les TSE rencontrent plusieurs problèmes dans le cadre des contacts avec les agences intérimaires. Par exemple, il est fréquent que celles-ci refusent l’inscription de certains demandeurs d’emploi ou n’acceptent pas de donner des attestations de présentation pour l’ONEm. Du côté des jeunes CSC, d’autres problèmes se posent. Citons-en un : la succession de contrats intérimaires et donc d’emplois précaires qui ne leur permettent pas de construire leur avenir.

Suite à ces différents constats, les jeunes CSC et les travailleurs sans emploi de la CSC Charleroi-Sambre&Meuse ont invité une responsable de l’agence intérimaire Daoust. Cette rencontre avait pour objectif de découvrir le fonctionnement des agences intérimaires et la manière de recruter les travailleurs. Beaucoup de choses sont méconnues et afin de réagir de manière fondée sur certains points, la 1ère étape était de bien appréhender les réalités des agences intérimaires. Une trentaine de militants s’étaient donc réunis afin d’approfondir la question.

Dès le début de  la rencontre, nous nous rendons vite compte que nous ne pouvons pas, comme organisation syndicale, être d’accord avec l’ensemble des affirmations apportées par cette responsable de Daoust. Néanmoins, l’objectif n’étant pas d’attaquer les intervenants qui nous font le plaisir d’accepter notre invitation, nous tirons les conclusions de cet échange au bout de deux heures de discussions. Nous optons pour une poursuite de la réflexion et un débriefing de la rencontre afin de proposer nos réactions empreintes de notre vécu de terrain dans un avenir proche. En vrac, voici trois éléments sur lesquels nous ne manquerons pas de réagir :

–          Lorsque l’employeur fait appel à une agence intérimaire afin de procéder à un engagement, celui-ci verse une fois et demi le salaire brut du travailleur à l’agence intérimaire. Pourquoi dès lors de nombreux employeurs s’obstinent à prolonger sans limite le nombre de recours à l’intérim alors que ça leur coûte plus cher tout en donnant un statut précaire au travailleur ?

–          Les employeurs passent de 4 à 6 secondes maximum par CV ! Lorsque l’agence intérimaire doit trouver un candidat pour son « client » (l’employeur), elle consulte de manière aléatoire sa base de donnés (demandeurs d’emploi ayant déjà travaillé comme intérimaire et dont « on est content ») ou les candidatures spontanées dont elle dispose. Il arrive même que pour certaines offres d’emploi qui ne trouvent pas preneur, l’agence intérimaire recoure à l’achat de base de données (ex. : les CV mis en ligne sur des sites internet). L’objectif unique étant la satisfaction du client…

–          L’inscription dans les agences intérimaires est aussi aléatoire dans le sens où une inscription peut être refusée ou acceptée et l’agence ne se justifiera pas. Parfois, le refus est dû au fait que l’agence intérimaire ne fait pas dans le secteur dans lequel le demandeur d’emploi recherche (ex. : Daoust ne fait pas dans la construction). Mais en cas de refus d’inscription, l’agence intérimaire donne rarement une explication et jamais d’attestation.

Ces trois constats ne sont pas les seuls sur lesquels nous avions envie de réagir. Nous prenons conscience qu’il ne suffit pas d’interpeller une agence intérimaire pour résoudre certains problèmes que nos demandeurs d’emploi rencontrent en étant en contact avec celles-ci. D’autres points d’achoppement sont davantage institutionnels ou relèvent d’un système créé par l’évolution du marché de l’emploi et des adaptations qui ont sous-tendus ces changements. La rencontre aura néanmoins facilité la compréhension de chacun sur le fonctionnement et le rôle d’une agence intérimaire. Et, rappelons-le tout de même : elle n’est pas l’unique moyen de trouver un emploi, mais un outil parmi d’autres.

Sandra Antenucci et Andy Solimando


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :